Institut Universitaire

Maïmonide - Averroès - Thomas d'Aquin

Editorial

Actualités

En raison de la situation liée à la pandémie globale de Covid-19 et du confinement en vigueur, la Rencontre du jeudi 29 octobre à 18h30, salle Pétrarque, à l'...
Désormais enregistrées et diffusées, les Rencontres et Conférences 2020/2021 de l'Institut Maïmonide sont disponibles. Revivez sur YouTube, la...


Désormais enregistrées et diffusées, les Rencontres et Conférences 2020/2021 de l'Institut Maïmonide sont disponibles. Revivez sur YouTube, la...
Elie Barnavi, Michaël Delafosse, Laurent Joly, Arnaud Benedetti, Mohammad Ali Amir-Moezzi, Pierre Birnbaum, Georges-Elia Sarfati, Stéphanie Trouillard, Laurent...

 

Éditorial de Mireille HADAS-LEBEL

Concilier foi et raison, hier, aujourd'hui, demain...

Malgré la pandémie, l’Institut poursuit sa route, clôturant son 20ème anniversaire.

L’ouverture de l’année 2020-2021 sera marquée par une rencontre, le 17 octobre, avec l’ancien ambassadeur d’Israël en France, Elie Barnavi, et le nouveau Maire de la Ville de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Michël Delafosse. Déjà, dès le 15 octobre, l’Institut, en collaboration avec l’Association Kehilat Kedem, aura ouvert le cycle de conférences et de rencontres avec Georges-Elia Sarfati, autour de la thématique : "Viktor Frankl, Le Dieu inconscient, Psychothérapie et religion". Le 27 octobre, Laurent Joly, historien et directeur de recherches au CNRS, nous parlera de "L'État contre les juifs : Vichy, les nazis et la persécution antisémite", puis le 29, Arnaud Benedetti, professeur associé à l’Université Paris Sorbonne, évoquera une question très actuelle: "La communication a t-elle remplacé la politique ?"  Novembre ne sera point en reste. Tout d'abord avec la 2e édition du Salon du Livre des Mondes Juifs, un salon co-organisé les 7 et 8 novembre par l’Association Sepharim – née de la 1ère édition –, l’Institut Maïmonide, l’Association Montpelliéraine pour un Judaïsme Humaniste et Laïque et la Communauté Juive Libérale de Montpellier. Ensuite, une rencontre exceptionnelle avec l'éminent universitaire Mohammad Ali Amir-Moezzi, qui présentera le 16 novembre "Le Coran des historiens", un ouvrage collectif monumental réunissant les contributions d' une trentaine de spécialistes internationaux, qui constitue la première synthèse complète et critique des recherches sur la formation du Coran, sa composition et sa canonisation. La connaissance des religions filles du judaïsme que sont Christianisme et Islam fait partie des objectifs poursuivis par l’institution montpelliéraine. En  2020 sera célébré  le 800e anniversaire de la Faculté de Médecine de Montpellier, la plus ancienne du monde occidental encore en fonction. Notre Institut se devait de s'y associer, alors que les noms de Maïmonide et d’Averroès parrainent l’IUMAT. Il sera donc co-organisateur avec l’Association Cultuelle Israélite de Montpellier du Colloque "Médecine et Judaïsme", qui aura lieu le 6 décembre. Toujours dans l'esprit d'une meilleure appréhension des religions du Livre, de leurs histoires respectives (et communes), Thomas Gergely présentera "Erasme et les Juifs", le 18 janvier 2021: "Reconnu comme l'un des plus grands humanistes de la Renaissance, Erasme, fondateur de l'humanisme chrétien, n'a pas toujours mis en pratique la tolérance et l'ouverture d'esprit qu'il a prônées, lorsqu'il était question des Juifs." Les persécutions millénaires et la Shoah sont hélas un sujet récurrent dans l’histoire des Juifs. La journaliste Stéphanie Trouillard viendra présenter le 4 février : "Si je reviens un jour… Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky", une bande-dessinée sur un destin tragique dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Louise Pikovsky, Eva Heyman, etc. Des destins comparables à celui d’Anne Franck, parfois oubliés, mais ressuscités dans notre mémoire, grâce notamment à Stéphanie Trouillard pour Louise Pikovsky ou au Professeur Carol Iancu pour la jeune Eva Heyman. D’autres conférences évoqueront la situation des Juifs d’ Europe à diverses périodes: le 16 février, Laurent Seksik nous engagera à "Relire Zweig et le monde d’hier pour appréhender le monde de demain" et le 16 mars, nous retrouverons l’universitaire montpelliérain, spécialiste de l’histoire de l’antisémitisme, pour une conférence sur "l’Affaire Dreyfus et ses conséquences". Pierre-Yves Kirschleger, de l'Université Paul Valéry Montpellier 3, évoquera  le 12 mai : "Les Protestants et le judaïsme : entre affinités électives et incompréhensions ?" ; enfin, l’historien et musicologue Philippe Olivier nous proposera une conférence de clôture inédite sur "L’amère destinée des Juifs en République Démocratique Allemande (RDA) – 1949-1990.", le 16 juin. Signalons aussi qu’il est prévu de reprendre la rencontre sur "L’école en Algérie, des années trente à l’Indépendance", initialement prévue au printemps dernier. Par sa programmation pluridisciplinaire et éclectique, à l'écoute de l'actualité et soucieuse de dépassionner les débats par l'analyse distanciée d'universitaires et chercheurs français et étrangers, l’Institut entame sa troisième décennie avec l’espoir que "l'enseignement de la connaissance l'emporte sur celui de la méconnaissance", selon l’expression retenue par l'historien Jules Isaac dans son combat pour faire prévaloir "l'enseignement de l’estime" entre frères monothéistes. C'était dans les années 60. Cet appel n’a rien perdu de son actualité.

Mireille HADAS-LEBEL, Professeur émérite de l'Université Paris-Sorbonne et Présidente de l'Institut Maïmonide.