Institut Universitaire

Maïmonide - Averroès - Thomas d'Aquin

Editorial

Actualités

Face à la pandémie de Coronavirus, l’Institut Universitaire Maïmonide-Averroès-Thomas d’Aquin suspend sa programmation, et en premier lieu les deux conférences...
Dans cette nouvelle étude du Crif, Michaël Iancu, docteur en Histoire et dynamique directeur de l’Institut Universitaire Maïmonide-Averroès-Thomas d’Aquin, est...
Les Rencontres de Maïmonide - Averroès - Thomas d'Aquin

Mardi 18 février 2020 - 18h30 - Salle Pétrarque - Entrée libre

"Soulages. D’une...
Les Rencontres de Maïmonide - Averroès - Thomas d'Aquin

Dimanche 19 janvier 2020 - 16h - Salle Pétrarque - Entrée libre

Carte blanche aux...

 

Éditorial de Mireille HADAS-LEBEL

Comment ne pas saluer les vingt ans de l’Institut Maïmonide ?

Fondée en janvier 2000 par le professeur Georges Frêche, alors député-maire de la Ville de Montpellier, et avec la bénédiction du professeur et grand rabbin René-Samuel Sirat, cette institution dénommée alors Institut universitaire Euroméditerranéen Maïmonide a acquis tout au long de deux décennies prospères une réelle visibilité dans la cité, et a contribué au rayonnement culturel local.

Oeuvrant avec vigilance pour le dialogue interreligieux, l’interpénétration des cultures, l’Equipe de cet Institut, soucieuse d‘offrir un niveau scientifique de qualité, a pu accueillir d’emblée les meilleures participations des spécialistes les plus éclairés, historiens, penseurs, philosophes, économistes, artistes, toute une intelligentsia qui a pu proposer à un public cultivé et divers des horizons culturels variés et complémentaires. Cette Equipe a pu aussi aider quelque peu lors des investigations archéologiques conduites et voulues par la Ville.

Depuis quelques années, c’est sous une nouvelle dénomination, élargie et souhaitée par l’actuel Maire Philippe Saurel : Institut universitaire Maïmonide, Averroès, Thomas d’Aquin, que l’institut poursuit sa route dans le même esprit de science, de tolérance et de rassemblement, parvenant à maintenir avec bonheur une active « politique » culturelle. . C’est son mérite et son atout.

Il s’agit en somme de restituer à la « Ville du Mont » (appelée ainsi en hébreu par les juifs glorieux du Moyen Age) qui a tant donné à cette minorité active et diligente, l’esprit de sagesse et d’ouverture qui prévalait alors.

A l’heure où la question d’histoire médiévale au programme de l’agrégation interne d’Histoire porte sur les rapports entre pouvoirs et minorités, le souhait de l’Institut d’initier et conduire ses auditeurs au plus près des textes et des productions écrites les moins connues, ne peut qu’aider à réfléchir sur les problèmes qui préoccupent la société d’aujourd’hui.

Mireille HADAS-LEBEL, Professeur émérite de l'Université Paris-Sorbonne et Présidente de l'Institut Universitaire Maïmonide-Averroès-Thomas d'Aquin.